Représenter les expériences de vie

© Krayon Kann, 2021

Les dessins présentés sur cette page ont été réalisés par Alexia Carbeti, qui signe ses planches de bande-dessinée Krayon Kann, et par Lucas Pernock, qui signe ses illustrations Loonck. Tous deux ont effectué un stage d’observation de 2 semaines pour le projet SaRiMed dans le cadre de leurs études en Licence 1 de DNMade (Diplôme National des Métiers d’Art et du Design) Graphisme au Lycée Victor Anicet de Saint-Pierre (Martinique) en juin et juillet 2021 en Martinique, avec Florence Ménez. Lucas Pernock a effectué un second stage en juin 2022 sur le terrain de recherche à Marie-Galante, où il a accompagné Axelle Curel, étudiante M2 en anthropologie, et Florence Ménez, anthropologue, pendant plusieurs entretiens qualitatifs. Cette page du Carnet Hypothèses présente une partie du travail d’interprétation réalisé à partir des entretiens, observations avec les enquêté.e.s mais aussi de nombreux échanges avec les enquêtrices sur la méthodologie de l’enquête ethnographique d’une part, et sur les techniques et représentations graphiques des expériences incarnées d’autre part. Un article est en préparation sur cette possibilité/ajustement d’alliances entre les différentes techniques dans la phase descriptive, réflexive et de diffusion, et comment ces pratiques mobilisées peuvent influencer la perception et les savoirs pour les habitant.es des lieux impactés par les sargasses.

Une sélection des illustrations a été présentée au public lors du séminaire Résilience des Outre-mer aux risques naturels et technologiques, 24-26 octobre 2022 à Fort-de-France (Martinique), coorganisé par l’AFPCNT (Association française pour la prévention des catastrophes naturelles et technologiques) et la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique).

Nous vous remercions de respecter les droits de la propriété intellectuelle d’Alexia Carbeti et Lucas Pernock, en ne diffusant pas leurs oeuvres sans leur autorisation.

© Krayon Kann, 2021

À propos

Crise environnementale, sargasses, santé et modes de vie sur le littoral caribéen

Ménez, Florence et al. (2022) «Bourg de Capesterre de Marie-Galante. Ramassage mécanique à 7h45. 10 juin 2022» [Image] NAKALA. https://doi.org/10.34847/nkl.afab041x

Depuis 2011, des radeaux de sargasses, des algues brunes pélagiques, se forment entre les côtes de l’Afrique de l’Ouest et le nord du Brésil et dérivent dans la région de recirculation nord-équatoriale. Elles constituent la Great Atlantic sargassum belt (Wang et al., 2019), longue de 8 850 kilomètres et charriant plus de 9 millions de tonnes de biomasse. Ces algues s’échouent périodiquement sur les littoraux de la Grande Caraïbe où elles asphyxient l’écosystème et les riverains, inquiètent, suscitent des interrogations et des récits, et renforcent depuis plus de dix années les mêmes questionnements écologiques, politiques, économiques, sociaux et sanitaires.

Aux Antilles françaises, les échouements pèsent diversement sur les trajectoires des acteurs sociaux. La géographie accidentée et l’anthropisation forte du littoral ainsi que les différents niveaux d’implications politiques et techniques accentuent les difficultés du ramassage systématique des sargasses. Celles-ci se décomposent en 48 heures, dégageant lors de la décomposition une trentaine de gaz, principalement de l’hydrogène sulfuré (H2S), gaz neuro-toxique par inhalation, incolore, inflammable, à l’odeur caractéristique d’œuf pourri, et de l’ammoniac (NH3), gaz incolore et hydrosoluble (émanations désormais désormais par Madininair et Gwadair, respectivement en Martinique et en Guadeloupe). Les impacts sociaux, économiques et sanitaires relevés sont essentiellement : dégradation des biens (appareils électroniques, métaux, bâti, bijoux), activités économiques et touristiques affectées (pêche difficile, voire impossible, usages balnéaires contrariés, hôtels et restaurants du bord de mer désertés), riverains souffrant de symptômes récurrents (Resiere et al., 2018).

Dès lors, quelles stratégies déploient les riverains des côtes antillaises pour continuer à habiter ce littoral dégradé ?

Pour tenter de répondre à cette question de recherche, le projet SaRiMed a été construit. Il a obtenu le soutien de la Fondation de France en 2020, dans le cadre de l’appel à projets Les futurs des mondes des littoraux et de la mer. Il se déroule de janvier 2021 à avril 2023. SaRiMed est l’acronyme de « Enjeux Sanitaires des Sargasses pour les Riverains et Médiation ».

SaRiMed vise à mettre à jour les dynamiques de modes de vie, les trajectoires, le lien à l’environnement littoral, les pratiques et les représentations, les impacts sanitaires et les stratégies de prévention mises en place éventuellement pour les contrer et pour continuer à vivre sur le littoral.

SaRiMed est une recherche-action en sciences sociales cherchant à retracer les parcours préventifs et curatifs des riverains impactés par les sargasses en Martinique et à Marie-Galante (2021-2023), grâce à la constitution d’un corpus de récits de vie. La recherche a pour objectif de documenter les impacts sociaux et sanitaires des présences de sargasses, et de participer à la reconnaissance des risques et des problèmes de santé liés aux sargasses dans les Antilles françaises.

SaRiMed prend appui sur les compétences d’une équipe pluridisciplinaire alliant les sciences humaines et sociales (géographie, sciences politiques, économie, socio-anthropologie), des médecins, et des associations de citoyens (en Martinique l’APNE).
Les chercheur.e.s en SHS sont affilié.e.s au Laboratoire Caribéen en sciences sociales et à l’équipe d’accueil AIHP-GEODE, de l’université des Antilles, ainsi qu’à l’UMR AMURE de l’Université de Bretagne Occidentale/IFREMER/CNRS.

SaRiMed inclut un volet art & science en proposant une réflexion sur la construction de la traduction et de l’incarnation des paroles des acteurs sociaux par des formes d’expression artistique. Dans cette optique, des lectures performances, intitulées “Prolivariation” ont été présentées en mars 2022 pour leur 1ère version au Festival RESSAC (Recherches en sciences, art et création) organisé par l’université de Bretagne occidentale.

Des recherches sur les sargasses

Plusieurs programmes de recherche ont été lancés en France et à l’international. En France, l’ANR a lancé un appel à projets en 2019, dont vous pouvez consulter les lauréats. Un 2ème appel Sargassum a été lancé. Ci-dessous vous trouverez plusieurs liens vous permettant de connaître mieux la problématique globale posée par les sargasses, et qui sont traités avec une approche sociale de façon plus ou moins approfondie dans le projet SaRiMed :

  • la question des origines et des causes de la prolifération des sargasses est une demande constante de la population enquêtée dans le cadre de SaRiMed, question que l’on retrouve fréquemment aussi sur les réseaux sociaux. Une identification claire des causes permettrait en effet des leviers d’action ;
  • la question du suivi des sargasses et la question du statut juridique des sargasses sont aussi au coeur des questionnements des habitant.e.s du littoral : le projet ANR CESAR (Environnement Côtier sous la pression des sargasses) mené par l’UMR LC2S de l’université des Antilles
  • la question de la valorisation des sargasses, en amendement agricole, en charbon actif, etc, a été posée dès le début de la prolifération : “ressource ou fléau ?”. Des mesures écotoxicologiques ont ainsi été réalisées pour un projet porté par l’ADEME et le Cnrs : Eco3Sar.
  • la question des risques sanitaires :
Sélection d'articles sur les risques sanitaires : 

DE LANLAY B. Donatien, et al. « Risk of preeclampsia among women living in coastal areas impacted by sargassum strandings on the French Caribbean island of Martinique ». Environmental Toxicology and Pharmacology, n° 94, august 2022, 7 p. DOI : https://doi.org/10.1016/j.etap.2022.103894

HAUT CONSEIL DE LA SANTÉ PUBLIQUE, 2018. Avis relatif à la définition de mesures de gestion concernant l’exposition des populations antillaises à de l’ammoniac (NH3) et du sulfure d'hydrogène (H2S) issus de la décomposition d’algues Sargasses. HCSP, 22 p.

RESIÈRE Dabor et al., 2021. Sargassum seaweed health menace in the Caribbean: Clinical characteristics of a population exposed to hydrogen sulfide during the 2018 massive stranding. Clinical Toxicology [En ligne], n° 59, p. 215–223. DOI : https://doi.org/10.1080/15563650.2020.1789162

Une bibliographie créée avec Zotero regroupant la production scientifique sur les sargasses, notamment en langue anglaise et en sciences dures, est disponible sur le site du CERMES (Center for Resource Management and Environmental Studies), UWI (University of West Indies), responsable du programme SargAdapt. Le Sargassum Hub, mis en place par l’Université de Floride Enfin, le programme Sarg’Coop (programme caribéen de coopération de lutte contre les algues sargasses), projet ANR et Interreg mené par la Région Guadeloupe, a permis la mise en place d’une plateforme d’informations regroupant les acteurs (chercheur.e.s, entrepreneur.e.s, etc) et les recherches concernant les sargasses.

Vous pouvez également retrouver divers projets de recherche présentés par des chercheur.e.s internationaux sur la chaîne Youtube du Sargassum podcast.

De lieux en liens avec Ricardo Ozier-Lafontaine : transformer la sargasse pour transformer le regard sur cette algue

Réflexions à partir d’un entretien réalisé par Florence Ménez en mai 2021 avec l’artiste Ricardo Ozier-Lafontaine, en Martinique. Photographies Florence Ménez

Détail : toile cirée sur laquelle figure les dessins de Ricardo Ozier-Lafontaine, et dont une partie est enduite de sa création Pigments, mai 2021.
Tous les clichés de cette page sont de Florence Ménez

Aléatoire, incontrôlable, toxique, ce phénomène physique aux multiples et souvent insoupçonnés impacts sociétaux, permet pourtant de voir à l’oeuvre, à travers des recherches et des créations, ce qui relève du liant, du liannaj entre les lieux et entre les habitants de ces lieux, humains et non-humains. Grâce à une écriture multiple, foisonnante, des récits font surface, marqués par la présence de ces algues brunes, à propos de la constitution d’un nouveau collectif, mouvant, instable, mais bien réel, entre les territoires insulaires caribéens et les Etats continentaux où les sargasses circulent. Ainsi, si nous appliquons aux non-humains les réflexions d’Edouard Glissant, nous pourrions voir que la sargasse, pélagique, loin d’avoir une identité-racine, se déploie plutôt dans une identité-relation, qui révèle la force de la continuité comme la tension des discontinuités.

Nous avons retrouvé les continuités et discontinuités de représentations tout au long de notre présence sur le terrain et avec les données collectées même en-dehors du contexte géographique : elles sont présentes dans la construction des trajectoires individuelles et collectives des habitants, qui ressentent, perçoivent la toxicité, entrent en résistance/résilience, s’habituent, intériorisent, ou partent. Nous les retrouvons aussi dans l’art et sa manière de refléter cette invisible/visible de la toxicité et de proposer des formes multiples de création. La sargasse a ainsi des vies multiples, et qui évoluent dans le temps. Depuis 2011, elle est pensée, vécue, racontée différemment, par les personnes qui la cotoîent, et tentent de nouer et dénouer leurs vies sur les franges littorales et sur les mornes atteints par les émanations de gaz. D’autre part, les arts triturent, incorporent, digèrent ce matériau nouveau et abondant. Nous proposons ici une relation entre ces deux regards sur ces perturbatrices insaisissables, grâce au processus de création de Ricardo Ozier-Lafontaine dans le cadre de la résidence d’artiste  Homo sargassum organisée par la Tout-Monde Art Foundation en 2021..

Ricardo Ozier-Lafontaine à son établi improvisé dans un hangar de l’entreprise Holdex. Périolat, Le François, Martinique, mai 2021



Dans le hangar de l’entreprise Holdex, lieu de résidence d’Homo Sargassum, transformé en laboratoire d’expérimentation, les œuvres enduites comme des grandes feuilles, sèchent en figurant une nouvelle espèce de poissons fumés accrochés à des étendoirs.

Ayant pris place pendant plusieurs jours dans cet atelier improvisé Ricardo Ozier-Lafontaine a été invité à créer avec les sargasses. Pigments de Ricardo Ozier-Lafontaine offre un paradigme d’inspiration issu d’un parcours de vie, d’une approche sensible et expérientielle de la sargasse. Au cours de l’entretien réalisé en juin 2021 avec l’artiste, se sont succédées les discussions à propos des représentations du mouvement, de la forme et de la texture de l’algue, mais également à propos de l’impact que la sargasse a eu sur la trajectoire résidentielle et professionnelle de Ricardo Ozier-Lafontaine, et sur sa lecture du monde environnant.



Une toile dessinée par l’artiste, suspendue au milieu des machines, dont certaines sont encore en activité. Périolat, Le François, Martinique, mai 2021

1/ L’idée première de création de Pigments, est de considérer le déplacement, qui nous rappelle que la Martinique « fait partie du monde ». En cela, il rejoint les données scientifiques sur les flux des sargasses : elle est en effet un trait d’union inattendu, et récalcitrant, entre les côtes africaines, brésiliennes et la Grande Caraïbe, traçant cette GASB (Great Atlantic Sargassum Belt) qui empêtre la navigation, mais apporte aussi des avantages pour la biodiversité et pour l’activité halieutique.

2/ La seconde réflexion révèle l’importance de l’ancrage dans les usages vernaculaires des algues, la transmission des savoirs et leur représentation : sa grand-mère utilisait des algues qu’elle mettait au pied des arbres fruitiers. Il était donc possible de « trouver des vertus » au-delà de cette impression prégnante d’un fléau.

3/ Etudier la forme de la sargasse a été une troisième idée : il a ainsi imaginé travailler sur l’esthétique de l’algue de par sa ressemblance avec la forme d’une feuille. Cet imaginaire artistique rejoint justement la classification naturaliste puisque la sargasse est étiquetée en sciences naturelles comme fucoïde, à cause de sa similarité avec des feuilles d’arbre.

Son travail sur la forme se « réfère à la mer et au monde animal, avec une forme qui fait penser aux radeaux de sargasses, au voyage » donc à l’idée de déplacement, de traversée, de lien. Ainsi, flux/utilité/forme ont pu guider Ricardo dans l’élaboration de son travail sur le pigment.

Processus

Broyer, réduire, filtrer, mélanger

Sur l’établi, une procédure d’étiquetage permet à Ricardo Ozier-Lafontaine de séquencer la transformation de la sargasse. Périolat, Le François, Martinique, mai 2021

La sargasse a été ramassée dans un lieu non chlordéconé. Elle a été séchée sur la table, puis Ricardo place des morceaux, qui s’effrite déjà, dans un récipient en verre pour le broyer mécaniquement.


Enduire


Détails : enduire les bâches découpées en forme de poissons.

Communiquer

Le flyer créé par Ricardo Ozier-Lafontaine annonçant la création de pigments.

Prolivariation

Montage Prolivariation Metz

Ce montage d’extraits de Prolivariation a été présenté en side event de la session art & ecologie lors du SFE²-GfÖ-EEF congress Metz qui s’est tenu du 21 au 25 novembre 2022. Il s’agit d’un montage spécifique à partir de certaines vidéos réalisées par Doré Sowlo en Martinique en février 2022, avec des lectures de Céline Boniface, Alexia Carbeti, Joffrey Jacques, Emmanuel Marie-Angélique, Alexa Marie-Joseph, Lucas Pernock. Prolivariation fait partie du volet art & science du projet de recherche-action SaRiMed. Ces vidéos ont déjà été montrées lors de la première de Prolivariation le 8 mars 2022 à Océanopolis, Brest, puis lors de la réunion publique le 25 mai 2022 organisée au François (Martinique) par l’Association Petite France Baie du Simon.

Ce montage a été réalisé en novembre 2022 par Florence Ménez.

Mémoires universitaires

Depuis 2019, des études en SHS ont été menées par des étudiant.e.s en master sur les conséquences des sargasses sur les habitants.

Parmi ceux-ci nous pouvons citer :

  • Méliane Gnamba, La sargasse et le changement climatique en Guadeloupe : vers l’émergence d’une transition environnementale et sociétale ? Master 2 Géographie, Aménagement, Environnement, Développement. Parcours Transitions environnementales et sociétales, université de Poitiers, année universitaire 2018-2019
  • Clara Ribo, Les algues sargasses en Guadeloupe, de l’évènement à la catastrophe, Master 1 mention Anthropologie, spécialité Anthropologie sociale et historique, université Toulouse – Jean Jaurès, année universitaire 2018-2019
  • Lionel Vanlot-Gorol, Les algues sargasses en Martinique et en Guadeloupe : entre difficultés économiques et pistes de valorisation (“Varech’ la”). Master 1 Géographie, Aménagement, Environnement et Développement Aménagement durable des Espaces Insulaires (ADEI), université des Antilles, année universitaire 2019-2020
  • Axelle Curel, Faire corps avec pour (sur)vivre : la catastrophe chronique des algues sargasses à Marie-Galante (Guadeloupe). Master 2 Biodiversité, Ecologie et Evolution, du Parcours Société et biodiversité, année universitaire 2021-2022

Nous remercions les étudiant.e.s qui souhaitent signaler leurs travaux universitaires et les mettre à disposition.

Merci à Méliane Gnamba qui offre à la lecture son mémoire de master 2 :

« Prendre l’odeur »

Compte-rendu d’un terrain de recherche réalisé par Kim Renard en 2021 dans la commune du Vauclin (Martinique)

Sommaire

Un terrain de recherche dans la commune du Vauclin

Le Carnet de recherche Hypotheses Projet Sarimed souhaite accueillir différents écrits et propositions réalisés le long du projet de recherche (2021-2023), dont un des objectifs est de mettre à jour les différents aspects sociaux des échouements de sargasses. Un des aspects prégnants étant le rapport à l’odeur/au gaz et le rapport au territoire et à l’habitabilité de celui-ci, l’article La télé est morte publié dans la revue Techniques & Culture abordait cette problématique « […] « Prendre l’odeur », c’est-à dire la ressentir avec plus ou moins d’intensité, établit une mesure plus subjective, ainsi qu’une hiérarchie dans l’échelle d’implication physique des riverains. […]». Partant de cette 1ère observation issue d’un terrain réalisé en 2018 en Martinique par Florence Ménez, le projet SaRiMed veut inclure une cartographie sensible. Ainsi, il a été demandé à Kim Renard pendant son stage de Master2 (mars 2021-Août 2021) d’orienter sa recherche sur le terrain en partie sur cette thématique. Nous publions ci-dessous, une deuxième étape de réflexion sur cette thématique, avec un compte rendu de terrain, suivi de questionnements, que Kim Renard a élaboré à l’issue de son stage. La version originale a été remaniée et enrichie par Kim Renard et par des membres du comité éditorial du Carnet de recherche SaRiMed (Florence Ménez, Yann Bérard et Dimitri Béchacq). Les photographies et les cartes (à l’exception de celle visible sur le site de l’URML) ont été réalisées par Kim Renard.

“Prendre l’odeur” : les parcours sociaux et professionnels influencent-ils les discours sur le rapport à l’odeur des sargasses ?

Un terrain de recherche dans la commune du Vauclin

La côte Atlantique représente la partie du territoire de la Martinique la plus impactée par les échouements d’algues sargasses. Précisément, sept communes sont particulièrement touchées. Du Nord au Sud, on recense les communes du Marigot, Sainte-Marie, Trinité, le Robert, le François, le Vauclin et le Marin. À celles-ci peuvent s’ajouter la commune de Sainte-Anne et celle du Diamant.

Carte réalisée par le quotidien France-Antilles, visible sur le site de l’URML (Union Régionale des Médecins Libéraux) : https://urml-m.org/en-action/sante-environnementale/les-sargasses/

Pour éviter des déplacements sur l’île (qui s’avéreront de toute façon difficiles à cause du confinement puis du couvre-feu imposé en raison de la crise sanitaire due à la Covid-19), il a été décidé en amont que je réaliserai mon terrain dans la commune du Vauclin. Une colocation dans une maison de bourg a été trouvée avant l’arrivée en Martinique, par le biais des réseaux sociaux. J’ai pu rejoindre ce logement après avoir réalisé à Trinité une semaine de confinement imposé pendant cette période après un trajet en avion. Les autres colocataires étaient aussi de jeunes originaires de l’hexagone. La maison se trouve à quelques minutes à pied du bord de mer, où les sargasses viennent régulièrement s’échouer, sur des lieux aux occupations bien identifiées, qui seront décrites dans ce billet du Carnet de recherche.

Méthodologie

Pendant les deux mois et demi de présence sur le terrain, du 8 avril au 29 juin 2021 (sur 6 mois de stage), j’ai effectué une immersion au sein du bourg, des observations, des rencontres et une trentaine d’entretiens semi-directifs avec des habitants, principalement de la commune. Lors des rencontres avec les riverains, je me suis présentée comme travaillant pour le projet SaRiMed sur l’impact que les sargasses ont sur la santé, et que ce projet était en partenariat universitaire avec les laboratoires de recherche de Brest et de l’Université des Antilles, ainsi qu’avec le CHUM. Les questions sur mon origine et mon lieu de vie étaient fréquentes :  

Est-ce que j’habite en Martinique ? Lorsque je précisais que je résidais au bourg du Vauclin pour le temps de l’enquête, mes interlocuteurs.rices se montraient plus enclin à la discussion et à la rencontre, et me précisaient qu’on allait ainsi pouvoir se voir et revoir. La proximité de ma présence avec le lieu d’enquête a assurément permis une intégration et une familiarité plus aisée avec les riverain.es du Vauclin.

De quel coin de France je viens ? Cette dernière question fut régulièrement un outil pour me présenter et parler de la ville où je résidais ces dernières années. Ce fut souvent un échange d’histoires et de récits où les personnes me précisaient avoir passé du temps dans cette même ville, ou bien qu’une partie de leur famille était encore là-bas ou des connaissances, ou encore qu’ils et elles savaient qu’une communauté de jeunes étudiants martiniquais y résidait. Parfois certaines interlocuteur.trice.s trouvaient des correspondances à mon allure, ma tonalité de voix, mon visage ainsi que mon nom de famille avec des personnes apparentées ou des connaissances au Nord de l’île, notamment pour mon patronyme. Me situer lors de la rencontre était important pour que les enquêté.e.s sachent comment me situer, cela a majoritairement permis d’établir des liens pérennes qui ont régulièrement abouti à des entretiens.

En habitant deux mois et demi au Vauclin, il m’a été plus aisé d’apprécier les réalités socio-économiques de la population, les différentes dynamiques de quartiers et les différentes zones impactées. De plus, j’ai pu voir la progression et les particularités des échouements des sargasses selon le littoral, du fait de la diversité de celui-ci sur la commune, puis les discours associés concernant le ramassage et la prévention des riverain.es selon ces mêmes lieux. Lors des trois premières semaines d’enquête, le contexte sanitaire a évolué et un confinement suivi d’un couvre-feu a été mis en place. Ainsi, il était interdit de circuler au-delà de dix kilomètres autour de chez soi sauf en cas de motif impérieux. Il convient de prendre en considération le fait que l’accès à ce terrain fut réalisé en tant que piétonne et usagère de bus locaux. Ce travail d’enquête au sein du bourg et du collège m’a permis de partager la réalité environnementale de la commune. D’ailleurs, lors des échouages qui furent important au Vauclin pendant l’enquête, je n’ai pas été exempte de symptômes. Les émanations de gaz liées aux sargasses en putréfaction et la gêne olfactive que celle-ci provoque a effectivement généré chez moi des inconforts digestifs, des migraines et des insomnies. Ils furent accompagné de troubles respiratoires liés à la présence de « brume de sable », très importante pendant la durée de l’enquête, et parfois persistante sur plus d’une semaine.


Le lieu de l’enquête

Carte réalisée par Kim Renard. © Kim Renard / SaRiMed/AMURE-IUEM/2021. Une carte plus détaillée vous est proposée en ligne par Kim Renard, en cliquant sur le titre ci-dessus “Le lieu de l’enquête”

Le Vauclin compte un peu plus de 9000 habitants. La commune est située au Sud-Est de la Martinique. Les différents quartiers de la commune s’étendent jusqu’à la montagne du Vauclin qui surplombe le territoire du haut de ses 504 mètres. La commune fait partie de la Communauté d’agglomération de l’Espace Sud de la Martinique. Les activités professionnelles se répartissaient entre la culture de la canne à sucre –en atteste l’usine de l’habitation Paquemar- et la pêche en mer. La route nationale reliant le Sud aux communes du centre borde cette usine et des quartiers excentrés du bourg. La rivière du Vauclin permettait l’acheminement des marchandises de la mer à l’usine : elle m’a ainsi souvent été nommée par les riverains comme « le kanal ». Selon les récits de mes interlocuteurs.ices, le Vauclin était anciennement connu pour son marché aux poissons, ses pêcheurs et sa population d’ouvriers agricoles. Dorénavant les activités économiques du Vauclin sont plutôt orientées vers le domaine de la construction (4,7 % de postes salariés en 2019), du commerce et du transport (41,8 %) et dans l’administration publique, l’enseignement, la santé et l’action sociale (43,1 %). Les domaines de l’agriculture, de la sylviculture et de la pêche ne représentent plus que 3,3 % des postes salariés en 2019, ceux de l’industrie 7,1 %. La population vauclinoise active de 15 à 64 ans, constitue un peu plus de 50% de la population. La seconde moitié de la population est composée d’une majorité de retraités et de personnes inactives ou au chômage. Le taux de chômage est d’un peu plus de 18 %. Le chômage chez les jeunes y est un peu plus élevé que le taux moyen du département qui est de 16 %. Sur une trentaine d’entretiens réalisés, cinq personnes sont des pêcheurs professionnels ou retraités des activités de pêche, l’un est retraité, et trois d’entre ces personnes sont sans emploi et pratiquent la pêche de subsistance.


Durant l’enquête, les lieux d’observations et de rencontres que j’ai privilégiés sont le Front de mer, le quartier de Petite Ravine, le quartier du vieux Château Paille et de Château Paille, puis Pointe Athanase et Pointe Faula. Ce sont à la fois des lieux où les sargasses s’échouent abondamment et où l’odeur stagne et s’amplifie au fil des jours. Ce choix s’est fait progressivement, car ce sont des quartiers et des espaces fréquentés bordant le littoral où se concentre une population aux usages du bord de mer (bodlanmè en créole) différenciés : commerçants, riverains, marcheurs, pêcheurs et marins-pêcheurs, boulistes, djobeurs (personnes exerçant des jobs), pratiquants de sports nautiques comme la planche à voile, le kayak, le kite-surf, et des baigneurs. Comme le signale le site internet de la mairie du Vauclin, mais aussi des riverains de la Pointe Faula, l’attractivité de la commune en terme de tourisme et d’activités de plein air est dû en grande partie à la renommée grandissante de la Pointe Faula, à ses fonds blancs, ses hauts-fonds et à sa prise au vent. Effectivement, le vent est omniprésent au Vauclin, un enquêté me dira d’ailleurs qu’« au Vauclin nous sommes coiffés par rapport au vent ». Les fonds ou hauts-fonds ne sont recouverts que de quelques dizaines de centimètres d’eau et ce jusqu’au milieu du lagon, protégé par la barrière de corail et accessible à pied. Son attractivité l’est d’autant plus que les eaux sont chaudes et permettent aux familles de se baigner sans tracas pour les enfants, me diront les secouristes de la Pointe Faula.


Le Front de mer

Renard, Kim et al. (2021) «Martinique – Commune du Vauclin, le bourg : front de mer» [Image] NAKALA. https://doi.org/10.34847/nkl.95ffg6yk

Le Front de mer est l’interface entre la baie du Vauclin et son bourg. Il longe le littoral du port de pêche au pont d’accès traversant le kanal, en allant vers le quartier de Château Paille. Il est ponctué de carbets (abris en bois sous lequel des hommes jouent régulièrement aux dominos), de grandes marches en béton face à la mer, de divers commerces et lieux récréatifs : pharmacie, boulangerie, supermarchés, restaurants et bars (La planche à voile, Don Carlo, Brafine et Marie-Alice), place du marché, ancien quai de mise à l’eau des yoles (embarcations traditionnelles) et un terrain de pétanque. C’est un espace de sociabilité et de rencontre important très fréquenté par les hommes pour la pétanque et les dominos, de pratiques sportives plutôt vues comme féminines comme la marche, et de détente (ramassage de coquillages, pêche à la ligne, contemplation, lecture, balade, aire de jeux pour enfants). Il est bordé par trois plages, celle près du port de pêche en face de la Pharmacie de la plage, puis celle du bourg en face des restaurants La planche à voile et Don Carlo, et enfin la plage dite « de derrière le quai » puisque située après le quai de mise à l’eau des yoles. Les riverains, principalement des hommes, en présence ou non des sargasses, utilisent les deux carbets installés sur le front de mer au niveau du quartier de Petite Ravine, afin de se reposer et de jouer aux dominos. C’est un littoral particulièrement venteux, et du fait des alizés les riverains disent de l’odeur des sargasses que « l’odeur coule », « ça ne me gêne plus », « je ne prends plus l’odeur ».

Renard, Kim et al. (2021) «Martinique – Commune du Vauclin, le bourg : Chenillard sur la plage dite de « derrière le quai »» [Image] NAKALA. https://doi.org/10.34847/nkl.468fmpxy

À l’arrière de « derrière le quai » se trouve le quartier de Petite Ravine. Certaines maisons, les plus proches du Front de mer, sont concernées par la loi sur les 50 pas géométriques, car elles se trouvent à moins de 80 mètres du bord de mer. Un riverain me parlera de Petite Ravine comme de « la favela » du Vauclin. Il est bordé au Nord par le cimetière, puis à l’ouest par des pâturages et la station d’épuration. Lorsque l’on revient vers le bord de mer, au Sud, le quartier est bordé par la rivière du Vauclin, aussi appelée le « kanal » et des terrains occupés par des habitants qui s’occupent de ruchers, de jardins plus ou moins occupés sans autorisation et de lieux d’élevages informels, puis par l’ancienne déchetterie. Le réseau d’évacuations des eaux usées est au niveau des maisons et à ciel ouvert ; il serpente dans les ruelles dont une partie s’évacue dans la rivière, l’autre dans la mer.


Le « kanal » / Le « marigot »/ la plage de la baie du Vauclin

Renard, Kim et al. (2021) «Martinique – Commune du Vauclin, le bourg : Résidences de bord de mer, plage de la baie du Vauclin» [Image] NAKALA. https://doi.org/10.34847/nkl.8c5bk9p7
Renard, Kim et al. (2021) «Martinique – Commune du Vauclin, quartier Château Paille : La rivière du Vauclin bordée par la mangrove» [Image] NAKALA. https://doi.org/10.34847/nkl.473fd741

Dans la continuité du Front de mer et du quartier de Petite Ravine se trouve la rivière du Vauclin ou « le kanal ». Un pont permet de passer de l’autre côté pour rejoindre, via un ponton de bois, le quartier de Château Paille. Un riverain me nommera ce passage comme « le petit tombolo du Vauclin » (en comparaison avec le tombolo de Sainte-Marie, un peu plus au Nord de la côte atlantique de la Martinique), car lors de fortes marées aux mois d’août-septembre la petite bande de sable qui relie le pont au ponton disparaît. Lorsque la marée est haute, les habitants se débrouillent en mettant des bouts de bois flottant ou de longs bambous pour permettre le passage. Le ponton est bordé à l’Ouest par la mangrove et à l’Est par l’océan. La rivière est souvent utilisée comme zone de pêche au filet volant par de jeunes hommes, la mangrove comme zone de pêche de crabes et la plage de la baie comme lieu de pêche à la ligne et d’amarrage de bateaux. En marchant sur le ponton pour rejoindre le rocher où a été bâti le quartier de Château Paille, on passe au-dessus d’un marigot. Cet espace est très utilisé par les pêcheurs qui s’assoient le long du ponton pour fabriquer leurs casiers. De même beaucoup d’entre eux traversent les amoncellements de sargasses pour pêcher de l’autre côté. La mangrove est aussi occupée par des anciennes cases de pêcheurs dont il reste des morceaux sur le sol, des détritus en tout genre comme de la tôle, des bouées de pêche et de signalisation et des casiers cassés. Afin de rejoindre Château Paille, le ponton se termine sur un petit pont étroit en béton, donnant sur les plus vieilles maisons du quartier, celles de « la première tranche ». Ce quartier se présente comme assez hétéroclite. Le vieux Château Paille avec ses 76 maisons du temps de la première tranche, qui bordent la mer et surplombent la plage, a été construit sur la zone des 50 pas géométriques. Sur cette pointe, ce sont des maisons assez modestes, à un ou deux étages, « auparavant, construites pour les pêcheurs » « sur le rocher ». Puis, il y a le nouveau Château Paille, des maisons plus récentes qui ont été construites sur « la savane », mais aussi sur l’ancienne mare, dans une période qui représente la deuxième tranche, sous le bâtiment de l’UCPA. Lorsque l’on continue de s’enfoncer un peu plus loin dans ce quartier, en quittant « le rocher » et en allant plus dans les terres ou en suivant le parcours santé, on découvre des pavillons de plus en plus cossus et modernes et sur la côte quelques villas de békés bordent le parcours. Le vieux et le nouveau Château Paille sont entourés par les eaux, que deux plages prennent en étau et où les sargasses s’échouent régulièrement. Elles se retrouvent souvent coincées entre les rochers, la houle n’étant à cette époque de l’enquête (d’avril à juin) pas suffisamment importante pour les ramener au large.

Renard, Kim et al. (2021) «Martinique – Commune du Vauclin, quartier Château Paille : Monticules de sargasses sur la plage de Château Paille» [Image] NAKALA. https://doi.org/10.34847/nkl.b1cc4laa

Résidence Concorde

A l’arrière du quartier Château Paille, en redescendant vers l’Ouest, vers la route en longeant la mangrove d’un côté et la déchetterie de l’autre, on arrive sur la zone résidentielle Concorde, qu’un habitant me nommera « la Cité du Vauclin ». Cet espace est partagé en deux. En arrivant, on découvre effectivement une petite zone résidentielle d’une centaine de maisons basses où résident en majeure partie des personnes âgées de plus de 65 ans, ou bien par des familles ayant hérité de leurs parents. Peu après on entre dans la cité de Concorde, où plusieurs barres d’immeubles ont été construites, et sont maintenant bordées par des véhicules hors d’usages (VHU). Ces immeubles sont habités en majorité par une population de jeunes familles avec enfants. Tout ce quartier est construit sur la mangrove.


Renard, Kim et al. (2021) «Martinique – Commune du Vauclin, Pointe Faula : Amoncellement de sargasses devant le club nautique» [Image] NAKALA. https://doi.org/10.34847/nkl.ac9czwly

Pointe Athanase et Pointe Faula

Au Sud du bourg, le quartier de Pointe Athanase se trouve en direction de la Pointe Faula. C’est un quartier résidentiel constitué en grande partie de villas et de maisons plus modestes. En marchant le long de la rue de la Pointe Athanase pour rejoindre la Pointe Faula, on passe par un endroit où la prise à l’odeur est quasiment systématique. L’odeur monte du chemin côtier de la Pointe Faula, quartier hétéroclite, constitué de maisons modestes, de villas, de maisons concernées par les 50 pas géométriques, mais aussi d’un complexe hôtelier, de restaurants, de bars, de snacks et de clubs nautiques.

La Pointe Faula est un espace réputé en Martinique, et au-delà, du fait de sa prise au vent. Elle est devenue un des “spots” les importants de l’île pour les amateurs de kite-surf et de planches à voile. Du fait de ses hauts-fonds, c’est aussi un lieu de baignade très prisé. De fait, deux types de populations se partagent cet espace : une population locale tournée vers les bains de mer, la pêche, la pratique de la voile pour les enfants et les grillades sous les raisiniers, tandis que la population originaire de l’Hexagone –installée ou touristique- est plutôt tournée vers les sports de glisse comme le kite-surf et les bains de mer.

Renard, Kim et al. (2021) «Martinique – Commune du Vauclin, Pointe Faula : Canal d’évacuation des eaux de la Pointe Faula dégagé» [Image] NAKALA. https://doi.org/10.34847/nkl.5cc07c7p

Collège du Vauclin

Un de mes lieux d’enquête a été le Collège du Vauclin, proche de la Pointe Faula. Lors d’une rencontre  au sein de l’établissement avec le principal du collège, la décision fut prise de mettre en place des permanences, afin de permettre au personnel du collège et aux élèves qui le souhaitaient d’être entendus de façon confidentielle dans le cadre du projet SaRimed.


Questionnements et ébauche d’analyse

Selon les quartiers et les espaces occupés, selon les habitats et les classes sociales représentées peut-on dégager des différences dans le rapport à l’odeur, à la prise au vent, dans le rapport à l’environnement proche, à la nature et à l’espace ?

Hypothèse 1

“Prend-on l’odeur” de la même façon selon son origine sociale et son habitat ? Les parcours sociaux et professionnels influencent-ils les discours sur l’odeur ressentie et les signes que ces odeurs donnent de la situation ?

Par exemple, concernant la relation que les riverains entretiennent avec l’odeur, un interlocuteur vivant auprès des sargasses dira ne pas “prendre l’odeur”. Il habite à l’entrée du quartier de Château Paille, en passant par le bord de mer dans l’une des premières maisons du sentier de la plage de « derrière le quai » qui est bordée par la mangrove d’un côté et la mer de l’autre. Selon lui, ses arbres le protègent et lui donnent de l’oxygène, tout comme la mangrove à ses côtés. De toute façon, m’explique-t-il, sa maison n’est pas sur la coulée de l’odeur. Dans deux des quartiers du Vauclin, notamment Petite Ravine et Château Paille, sur la bande des 50 pas géométriques, il y a eu des destructions des maisons anciennement construites à l’époque de l’usine de canne, puis de nouvelles constructions. Des riverain.es ont donc dû quitter le bord de mer alors que d’autres ont pu y rester. Puis une nouvelle population s’est installée dans des habitations plus récentes comme au nouveau Château Paille et à la résidence Concorde. Dans un même espace, cohabitent donc des personnes qui n’ont pas le même rapport à leur habitat et à la propriété. Ainsi, j’ai pu constater un sentiment d’injustice de la part de certain.es riverain.es qui ne comprennent pas pourquoi il n’y a pas eu un même niveau de traitement concernant le logement. C’est pourquoi je présume qu’il puisse y avoir des réticences à mentionner un mal être à vivre dans des maisons en bord de mer prises par l’odeur, pour les riverain.es ayant pu rester dans leur logement. Bien que ces habitats soient précaires du fait de la proximité avec le bord de mer, et de l’insalubrité de certaines maisons : on garde possiblement encore la crainte de se le voir retirer.

De ce fait, exprimer ces positionnements tels que « je ne prends pas l’odeur » ou/et « on est habitué » peut-il s’apparenter à une stratégie de mise à distance du problème posé par les sargasses et de protection vis-à-vis des pouvoirs publics ? Positionnement probablement accentué par le fait que ces riverain.es s’entretiennent avec une étudiante venant de l’Hexagone, de surcroît non racisée. 

Et pourtant, le fait est que différents interlocuteurs me diront lors d’entretiens ou de discussions informelles en groupe ou en face-à-face, que c’est impossible de ne pas prendre l’odeur : « on ne peut pas s’habituer à ça », « des gens qui ne prennent pas l’odeur ? C’est pas possible, tout le monde prend l’odeur ». Le déni ne viendrait-il pas d’un refus de l’odeur, de l’affect qu’elle provoque et des conséquences de l’odeur sur le corps ? Ou bien s’agit-il d’une stratégie de protection face à la peur et à la souffrance de perdre son habitat ? L’odeur produit des ressentis. Elle pousse les individus à se positionner face à la gêne et à ses conséquences. Est-ce dû à la fois à l’attachement affectif pour les lieux et à l’éventuelle incapacité financière ou/et incapacité physique (du fait de l’âge par exemple) de prétendre ou d’envisager un autre logement ?

Hypothèse 2

Qu’est-ce que ce déni et ce silence face au problème des sargasses disent de la société antillaise ? À plusieurs reprises, des hommes d’âges mûrs me diront encaisser, être résistants, car « on ne peut agir dessus ». Pour se prémunir de l’impact de la sargasse il faudrait donc être “fort”, avoir des corps endurants et des organismes qui s’adaptent, être “résilient” face à l’adversité. Ces discours font référence au passé colonial de la population antillaise. Deux de mes interlocuteurs me raconteront que le corps s’est renforcé au fil des siècles et qu’ils peuvent supporter cette odeur, qu’elle n’est rien en comparaison avec ce que leurs ascendants ont vécu pendant l’esclavage et les séquelles que cette période a laissé. Au sujet de l’histoire comme source de résilience et comme facteur de vulnérabilité, une enquête plus approfondie pourrait peut-être permettre d’étayer cette hypothèse basée pour l’instant sur peu de données, et également de considérer aussi le poids des aléas climatiques dans ces arguments de résistance.

J’ai rencontré aussi deux interlocuteurs, ayant travaillé dans l’Hexagone et étant revenu vivre en Martinique, qui prennent sur eux et qui veulent « être acteur », comme un besoin d’agir, de prendre soin de leur territoire et de la population qui y vit, mais sans pouvoir le réaliser.

 Hypothèse 3

Face à celles et ceux qui se taisent, il y a celles et ceux qui décident d’agir concrètement. Ainsi des membres de l’association Hommes et Territoire, association qui a un contrat pour ramasser les sargasses : « On sait bien que ça nous rend malade… que tout le monde le sait, mais personne ne prend ses responsabilités… alors on se sacrifie pour le littoral, pour l’île, pour les habitants… pour éviter que ce soit pire », me dira un enquêté, embauché en contrat de réinsertion par l’associtaion Hommes et Territoire, pour nettoyer le bourg du Vauclin. À cela s’ajoute des actions bénévoles dans une perspective altruiste pour compenser l’inaction d’autres : nettoyage de la plage de la Pointe Faula pour le bénéfice des baigneurs ; nettoyage du canal ; plantation des cocos sur les plages du front de mer à la fois pour la consommation personnelle des habitants mais aussi pour ralentir l’érosion. Un autre interlocuteur me dira entretenir les espaces verts, replanter des plantes qu’il fait pousser dans sa petite pépinière. Ce sont toutes des personnes issues de la classe populaire, avec ou sans emploi. Certain.e.s ont fait un aller-retour de l’Hexagone à la Martinique et disent avoir un autre regard sur leur île en revenant.

Hypothèse 4

Certains riverain.es considèrent qu’il faut nettoyer le littoral, le bord de mer et le canal à la place des pouvoirs publics. Dans les discours issus à la fois des classes populaires et moyennes, les pouvoirs publics n’agissent pas suffisamment. Les riverain.es déplorent un manque d’information concernant les sargasses et les gaz qu’elles génèrent, mais aussi un manque de prise en charge du ramassage, du nettoyage et de la transformation des algues.

Ces discours témoignent de stress et d’inconfort dans leur lieu de vie compte tenu du manque d’informations lié à l’impact du gaz sur le corps à court et à long terme, et compte-tenu de la prise en charge des symptômes. Les riverain.es constatent des modifications de leur habitat, de leur environnement mais aussi de leur corps et de leur santé, pourtant les mesures ne sont à l’évidence pas à la hauteur de leurs maux.

Des travaux en anthropologie sensorielle et notamment en matière d’expérience olfactive et d’affectivité (Candau 2010, Mariani 2015) viennent ainsi questionner l’effet que ça fait à l’affect de prendre l’odeur, car comme le précise Joël Candau sentir c’est percevoir et être affecté(Candau, 2010). Ainsi, le sentiment d’une insuffisance de la gestion publique des échouages de sargasse peut être lié à l’odeur dégagée par ces algues. L’effet olfactif a un impact sur l’affectivité des riverains, sur l’altérité et l’expérience de l’odeur, entre celles et ceux qui prennent l’odeur et qui la prennent aussi en considération, et les autres.

Variations des odeurs selon les expériences personnelles :

Une des questions de la grille d’entretien pour SaRiMed concerne le ressenti des odeurs : quelles odeurs ont les sargasses ? Que viennent raconter les odeurs ? Ce sont pour certain.es des odeurs de dégoût. Ce sont des odeurs d’égouts, « ça ramène les rats », « c’est plein de microbes », « ça se mélange aux odeurs humaines », « c’est un bouillon de culture », tout un ensemble d’expressions qui ramènent à des odeurs rapportées à la ville. Les odeurs sont parfois plus détaillées et font référence à des expériences vécues et à des situations concrètes de cause à effet : « les rats viennent avec les sargasses », « ils nichent dedans », « le problème c’est l’évacuation des eaux », « les riverains sont toujours habitués aux mauvaises odeurs (…) Auparavant tout le monde jetait ses toilettes dans la mer ». La dénonciation de l’odeur est-elle aussi l’occasion de mettre en cause l’inaction des pouvoirs publics quant au nettoyage insuffisant des réseaux d’eau et d’évacuation ? La sargasse devient-elle un outil opportun pour signaler un inconfort récurrent ?

D’autres racontent que l’odeur leur fait penser à des odeurs de marée, de mangrove, de compost et donc à des odeurs naturelles, car « la Nature ne sent pas mauvais ». Lorsque la dose est trop forte, ils comparent et renvoient vers d’autres lieux où l’odeur leur est plus insoutenable : au François, les quartiers Dostaly, au « radar », à Frégate ou à la commune du Robert. Ces odeurs naturelles préservent la Nature d’un quelconque méfait, comme si on ne pouvait lui en imputer la faute, ce ne sont que ses déchets après tout : « elle prend, elle rend ».

Variation des odeurs selon le territoire :

Il y a une distinction constante entre le bourg et les autres villes touchées (Le Robert, Le François), puis entre le bourg et la campagne autour : « même à Bel Air [quartier du Vauclin] on prend l’odeur » / Depuis Bel Air : « on ne prend pas comme au bourg ». Depuis le bourg : « il paraît qu’on prend même l’odeur à Saint-Esprit ! », « c’est pour ceux du bord de mer que ça doit être dur », « ici ça va, vous devriez aller au Robert, là-bas c’est dur ». Puis, entre les différents quartiers du bourg : « odeur insoutenable à Pointe Faula », « lorsque l’on traverse le ponton, on met le masque ».

Un fait met a priori tout le monde d’accord : l’orientation du vent. Chacun.e a son analyse selon l’orientation du vent et la puissance qu’aura l’odeur. Elle permet de questionner la notion de territoire, l’odeur étant transportée par les alizés et changeant souvent de direction, elle respecte pourtant un certain découpage du territoire. On ne « prend » pas l’odeur partout, mais selon les « coulées » que le vent façonne, comme me l’explique un interlocuteur de Château Paille. Les « coulées » sont comme les couloirs que le vent façonne selon les spécificités et les reliefs du territoire : falaise, champs de banane, rivière, mangrove, vallée, morne.

Une des pratiques pour se prévenir de l’odeur est donc de comprendre l’orientation du vent, connaître les lieux topographiques où il y a des variations forte d’odeur, mais aussi là où le vent fait circuler les odeurs. Ces informations se diffusent oralement, à la fois lors d’échanges du quotidien dans les lieux publics et lors de conversations privées entre amis ou voisins, et s’accélèrent lorsque les sargasses s’échouent sur le littoral et stagnent. Elles sont présentées comme des connaissances empiriques du littoral par certains interlocuteurs, voire des recommandations par d’autres de lieux à ne pas fréquenter durant la période des échouages. Phil Brown, dans son article Retour sur l’épidémiologie populaire, explique ainsi comment le savoir profane de l’expérience est mis à profit pour s’adapter à la catastrophe et à l’événement (Brown P. 1987, 2010 p. 53-87), comme en témoigne certaines de ces phrases : « qu’est-ce que ça doit être pour ceux qui habitent le front de mer », « mais nous on est loin encore, on prend pas l’odeur comme ceux du front de mer », « quand on passe à Dostaly là, manman ! », « c’est pas comme ceux qui habite à Dostaly ».

 Hypothèse 5

Ainsi, face à ce qui est considéré comme l’inaction des pouvoirs publics, par un grand nombre d’interlocuteurs, il existe la construction ou l’élaboration d’un savoir profane (pour avancer dans cette hypothèse voir aussi Collins et Evans, 2007, et Bérard, 2018, in Experts sciences et sociétés) autour d’une histoire partagée par une même communauté. Il y a effectivement l’utilisation de connaissances empiriques : vent, courant, marée, lune pour expliquer les odeurs, les éviter, les anticiper. Le premier type de prévention est de se prémunir de leurs arrivées avec la mise en place d’un savoir empirique du littoral, de la nature et de ses aléas auxquels on va s’adapter, pour faire face à un nouveau phénomène inexplicable et incontrôlable. Une autre de ces pratiques qui découle d’un savoir populaire et médical est l’utilisation de rimed razie qui sont des remèdes traditionnels à base de plantes aromatiques et médicinales. À leur utilisation s’ajoute la mise en pratique de la théorie des humeurs, au travers des notions de chaud et de froid, explicité par Catherine Benoît (Benoît, 1997 pp. 863-890). En prenant en compte les variations de chaleur (chaud/froid) pour se soigner, nettoyer et réchauffer son corps, certains interlocuteurs me diront ainsi que les sargasses « échauffent » parce qu’elles empêchent de dormir ou donne des migraines, par exemple. L’utilisation du café, du thé ou de tisanes est préconisé et réalisé en soin journalier pour certain.es ou en cas de douleur pour d’autres afin d’éloigner la maladie ou les maux en maintenant le corps au chaud. Le rhum est aussi mentionné pour tenir le corps au chaud, pour ne pas qu’il se refroidisse. Quelques interlocuteurs utilisent aussi des corps gras comme le lait pour éviter que le gaz reste en eux. Ils considèrent que le gaz s’accroche à des corps gras. Ainsi, le fait du boire du lait permettrait d’éliminer plus facilement les toxines.

Variation de l’odeur selon le temps :

Les entretiens montrent également une variation de l’intensité de l’odeur : « l’odeur est plus forte cette année » ou « l’odeur est plus forte d’années en années », mais aussi selon sa capacité à rester, à s’imprégner : « ça rentre dans les pores », « odeur qui stagne », « odeur qui circule dans le corps »… Est-elle un déclencheur, une atténuation, une sorte de gêne ? Elle peut être qualifiée de « gifle », de « claque ». Mais c’est une odeur qui aura des conséquences sur le long terme : « ça tue tout », « odeur de mort », « on est déjà mort », « on a signé notre arrêt de mort »… Lorsque l’on sent une odeur plus forte qu’une autre, quand celle-ci nous prend par surprise, qu’elle nous gêne dans la vie quotidienne, il y a une suspension du rapport d’évidence (Colon, 2012 p5). Nos sens sont en alertes, car l’évidence olfactive qui régnait jusqu’à présent est perturbé de plus en plus fréquemment par une nouvelle odeur qui prend de la place. C’est une gêne qui serait incarnée de plus en plus par la répétition de l’expérience olfactive, on se familiarise à l’odeur, elle entre dans notre environnement olfactif, « on s’habitue », comme l’expliquent certain.e.s interlocteur.trice.s.

Pour certain.es, cette odeur va obtenir une place plus importante, elle va détourner notre attention et rompre avec le flux de nos perceptions olfactives. Selon Colon c’est ce qui pousserait aussi les individus à s’intéresser au phénomène, à en connaître ses ressorts et ainsi à essayer de reprendre le contrôle de la situation. D’où la diversité des ressentis selon les interlocuteurs.trices quant à la qualification de l’odeur – habituelle (naturelle, de marée, de mer), perturbante, désagréable (égouts, mort) – et à la prise en considération ou non de sa présence.

C’est aussi une odeur qui prend corps et qui est associée à un environnement perçu comme dégradé, « ça détruit la mang-la, c’est acide, ça l’étouffe » dit un interlocuteur. Et puis l’algue fait désordre, elle « bouleverse ». Dès lors, on entre dans un état de gêne et d’inconfort car l’odeur « empêche », elle est perçue comme une « agression » lorsqu’elle se fait de plus en plus fréquente et qu’elle s’inscrit dans la durée (Daniel, 2019). Les personnes concernées prennent l’ampleur de l’impact de l’odeur, c’est alors leur vie quotidienne qui est affectée, les riverain.es sont bouleversée par des perturbations sensorielles qui s’enracinent dans l’intimité (Laé, Proth, 2002). C’est lorsque l’odeur s’installe que les riverain.es prennent la mesure des contraintes qu’elle va provoquer sur leur train de vie, leurs habitudes et leurs manières de vivre. Cela provoque un ébranlement profond par rapport au territoire et à son environnement, générant ainsi du stress.

Effectivement, la gêne, l’inconfort puis la contrainte va produire du stress, un stress matériel et psycho-social (Moser, 1992). Ce stress peut notamment avoir un impact sur la relation qu’entretiennent les riverain.es avec leurs affaires, les matériaux environnants aux allures pourtant solides (tuyauterie, plafond/toiture, mur extérieur des maisons…) et les objets du quotidien (téléviseurs, réfrigérateurs, ordinateurs, voitures…), puis sur l’intime comme les bijoux ou les objets de famille. Ce stress se répercute aussi sur le corps et les émotions, comme par l’appréhension de l’expérience du dégoût et le stress d’être pris par l’odeur. L’odeur de la sargasse se révèle être pour certain.e.s une agression, c’est « une gifle », « une claque », une agression qui engage tout le corps (« ça circule », « ça pénètre à l’intérieur », « ça rentre dans les organes »…). Ces discours racontent comment l’odeur s’installe dans la durée à la fois dans l’environnement social et dans l’intime et marque les individus dans l’appréhension de leur territoire. Ainsi, la capacité d’expertise olfactive quant à la nature et à la diffusion de l’odeur se développe en termes d’appréciations de lieux et de temporalités mais aussi selon « les affectations et les empêchements que les odeurs occasionnent sur les corps et les formes de sociabilités » (Daniel 2019, p4), en mettant des mots et en analysant un ensemble de ressentis. (Candau 2000, Daniel 2019).

La fabrique de Prolivariation

Cette réalisation fait l’objet de l’écriture d’un article scientifique. L’article ci-dessous en est une première approche.

Poumons atteints par la décomposition des sargasses

Pernock, Lucas, SaRiMed, Projet (2022) «Poumons atteints par la décomposition des sargasses – Graphisme» [Image] NAKALA. https://doi.org/10.34847/nkl.ecc56i4x

Le dispositif Prolivariation est né de la question de la traduction dans l’espace public des paroles des riverains impactés par les sargasses. Prolivariation était en creux dans le projet de recherche présenté à la Fondation de France. L’idée était d’allier des artistes au projet de recherche, notamment par le travail sur l’invisible. Arts et sciences ont longtemps été associés avant d’être dissociés. A la fin du XXème siècle, et encore plus maintenant, les deux disciplines s’entrecroisent, s’épaulent, font ensemble leur pas de côté. De plus en plus de contenus sont disponibles sur ces associations, compagnonnages, voire séparations.

A écouter :
Le mouvement Art et Sciences est en marche - France Culture, diffusion du samedi 18 février 2023 (première diffusion le jeudi 9 février 2023)

La présence visible de ces sargasses mais aussi l’invisible que génère cette présence tissent un réseau de récits pluriels, collectifs et singuliers, contextualisés mais universels, qui racontent la difficulté du quotidien avec la dégradation de l’environnement, la diffusion des gaz de putréfaction qui atteint l’intime des maisons, des objets et des corps. Ces récits sont co-construits dans les interactions entre les interlocuteurs et les enquêteurs au cours de la recherche-action ethnographique SaRiMed (2021-2023). Cette composante du rendu artistique a été inspirée par la tragi-comédie de Latour sur le changement climatique Gaïa Global circus (2015) : “Si les questions écologiques par leur ampleur, leur ubiquité, leur durée, sont au sens propre irreprésentables, alors c’est aux œuvres d’art (qui sont toujours aussi des œuvres de pensée) d’essayer de les présenter à nouveau aux sens”. C’est dans ce sens que Prolivariation (variation des discours sur la prolifération) a été créé en janvier 2021. La première forme proposée, qui souhaite évoluer vers du théâtre documentaire, sont des lectures performatives réalisées par des étudiants en art et en sciences politiques à partir d’extraits d’entretiens menés en Martinique en 2021. Ces lectures, d’une durée totale de 45 minutes à 1 heure dans leurs 2 premières versions, sont accompagnées de photographies prises sur le terrain et du travail graphique de Lucas Pernock, étudiant en graphisme en Martinique.

Prolivariation est un dispositif évolutif participatif, visant à provoquer une expérience dialogique d’une part avec les résidents en présentant les vidéos des lectures ou le livret lors des entretiens, et d’autre part avec un public extérieur pour contribuer à la mise à jour des connaissances sur les impacts sociaux et sanitaires, et diffuser la pluralité de discours des habitants dans l’arène publique. Ainsi, les mots sont les traces de la crise climatique transmises selon une dramaturgie co-construite avec les acteurs sociaux et amenée dans l’espace public.

La 1ère version a été présentée dans le cadre du Festival RESSAC, à Océanopolis, Brest, le 8 mars 2022

La démarche a consisté à réaliser un choix dans les entretiens afin que ces extraits soient lus par des personnes en-dehors du contexte dans lesquelles ces paroles sont émises. Ainsi une demande collective a été formulée en janvier 2022 aux étudiant.e.s en Licence Sciences sociales à l’ICEA, une promotion que Florence Ménez connaissait pour son investissement dans les problèmes écologiques en Martinique. 4 d’entre eux.elles se sont portées candidat.e.s : Céline Boniface, Joffrey Jacques, Emmanuel Marie-Angélique, Alexa Marie-Joseph. Se sont joints à cette lecture Alexia Carbeti & Lucas Pernock, étudiant.e, DN MADe mention Graphisme, Lycée Victor Anicet, Martinique, déjà présents pour leur stage. En février 2021, nous avons pu disposer de la salle des enseignants de l’ICEA, bâtiment au coeur de Fort-de-France. Pendant deux matinées des vidéos ont été réalisées. Les lectures ont été dirigées et filmées par Doré Sowlo. Aucun.e n’avait l’habitude de lire en public, et encore moins devant la caméra, intimidante, de Doré Sowlo.

Des extraits d’entretiens étaient disponibles sous forme d’un livret.

Ménez, Florence et al. (2022) «Prolivariation – Emmanuel Marie-Angélique et Doré Sowlo, 3 février 2022»

Un autre texte a été lu, le poème d’Aimé Césaire, intitulé “Dit D’errance”, inclu dans le recueil Cadastre, publié au Seuil en 1961. Pour l’instant, la vidéo de sa lecture par Emmanuel Marie-Angélique, le 3 février 2022 à Fort-de-France, n’a pas été utilisée dans le montage. Vous pouvez la retrouver ici :

https://api.nakala.fr/embed/10.34847/nkl.ea694uf8/1f771cc3dfd5ab8fbb08a221310e49a3a1375d7c

Sowlo, Doré (2022) «Lecture d’un poème de Césaire par Emmanuel Marie-Angélique» [Audiovisual] NAKALA. https://doi.org/10.34847/nkl.ea694uf8

Ménez, Florence et al. (2022) «Prolivariation – Alexia Carbeti et Doré Sowlo, 3 février 2022» [Image] NAKALA. https://doi.org/10.34847/nkl.e70245r1

Prolivariation Brest version 1

Prolivariation, récit ethnographique et lectures performances, dispositif issu de la recherche SaRiMed, a été présenté pour la 1ère fois à Océanopolis (Centre National de Culture Scientifique dédié à l’Océan), à Brest, le 8 mars 2022. Prolivariation propose de faire résonner la profusion et la pluralité des discours sur les proliférations de sargasses aux Antilles françaises. Les lectures filmées en février 2022 ont été présentés sur grand écran.
Sur scène, 4 étudiant.e.s de la Licence Arts de l’UBO se sont relayés pour lire d’autres extraits d’entretiens réunis dans le livret. Il s’agit de Blanche Caubert, Estelle Husson, Camille Leduc et Matteo Rolland. Les productions graphiques sont d’Alexia Carbeti et Lucas Pernock. Les photographies présentées sur l’écran sont réalisées par Florence Ménez. Les prises de vue vidéos sont réalisées par Doré Sowlo. Les photographies de la représentation du 8 mars, dont quelques-une sont présentées ci-dessous, ont été réalisées par Charline Guillou, à l’exception de celle prise à partir de la régie.

Guillou, Charline et al. (2022) «Alexia Carbeti, Prolivariation Océanopolis 8 mars 2022, Brest» [Image] NAKALA. https://doi.org/10.34847/nkl.fffb5eo8
Guillou, Charline et al. (2022) «Sur scène, étudiant.e.s en Arts, UBO, en lecture pour Prolivariation, Océanopolis, Brest, 8 mars 2022 (19)» [Image] NAKALA. https://doi.org/10.34847/nkl.332ev4hl
Ménez, Florence et al. (2022) «Emmanuel, Prolivariation Océanopolis 8 mars 2022, Brest (3)» [Image] NAKALA. https://doi.org/10.34847/nkl.bfbat6a0

Prolivariation François, 2ème version

https://la1ere.francetvinfo.fr/martinique/programme-video/la1ere_martinique_journal-martinique/diffusion/3419842-edition-du-jeudi-26-mai-2022.html

[en cours d’écriture]

Prolivariation Metz

Présentation d’un montage (disponible sur le site Youtube de l’UMR AMURE) lors du side event de l’International Congress of Ecology & Evolution SFE2 – GfÖ – EEF, Metz, en novembre 2022

Prolivariation Fort-de-France, 3ème version

Une troisième version de Prolivariation a été présentée le lundi 13 mars à Fort-de-France. La scène nationale Tropiques-Atrium a mis à la disposition du projet SaRiMed la salle Case à vent de 18h30 à 20h30.

[compte-rendu en cours d’écriture]

Conférence-spectacle : Prolivariation – des algues qui nous dérangent ? Océanopolis, 8 juin 2023

Présenté en montage vidéo et accompagné d’un débat.

Prolivariation Université d’été Brest, 4ème version

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search